L’organisation montréalaise YoungLeaders souhaite que plus d’adolescents se lancent en affaires

youngleaders

Nous vivons à une époque où de plus en plus de programmes sont lancés pour aider les entrepreneurs à concrétiser leur vision. Il ne devrait pas y avoir d’exception pour ceux qui sont encore à l’école secondaire, et c’est ce qui a poussé JC Btaiche à fonder la plateforme YoungLeaders à l’âge de 15 ans seulement. Ça, et l’inspiration qu’il a tirée de la célèbre biographie d’Elon Musk d’Ashley Vance.

“Chez YoungLeaders, nous appelons les adolescents qui construisent ces startups, des “génies audacieux.” Audacieux pour leur hardiesse à perturber les industries généralement dominées par des entreprises établies, et génies pour leur capacité unique à résoudre des problèmes d’envergure”, a déclaré M. Btaiche.

YoungLeaders jumelle des adolescents avec des mentors d’entreprises comme Google et Shopify pendant 12 semaines, les poussant à transformer leurs idées en startups. YoungLeaders a été créé à partir de sa première réunion du conseil d’administration en janvier 2014, puis a lancé MariHacks – un hackathon pour les étudiants du secondaire et du cégep – et YLAsk, des rencontres où leurs membres peuvent poser des questions à d’importants acteurs de l’industrie technologique.

La semaine dernière, l’organisation a tenu sa première demo night dans les bureaux de Shopify. “Habituellement, les adolescents ont à peine les ressources nécessaires pour créer des entreprises”, rappelle M. Btaiche.

Alors, quelles sont les visions de ces jeunes leaders, prêts à changer le monde, travaillant extrêmement fort, jonglant avec l’école, les activités parascolaires et leur projet de démarrage ?

JC Btaiche

Tout d’abord, il y a eu Axon, un “appareil d’imagerie cérébrale abordable et portable qui révolutionnera la façon dont les patients recevront des soins de santé “, a déclaré Wilfred Mason, l’un des fondateurs. Il prétend qu’ils sont capables de “reconstruire une image du cerveau qui permet de savoir exactement ce qui se passe”. Les images sont connectées à une application qui intègre l’apprentissage automatique et donne des résultats personnalisés et compréhensibles.

Ensuite, il y a eu Adasolve Technologies, un “test sanguin universel pour diagnostiquer efficacement le cancer”, a déclaré Stephen Lu, le premier fondateur à parler. Ils ont constaté que leur algorithme était plus précis que celui mis au point dans le cadre d’une recherche menée par l’Université John Hopkins. Comment cela fonctionne-t-il ? Le patient se rend dans une clinique pour un test sanguin standard, puis demande les résultats numériques et les télécharge sur la plateforme Adasolve. Leur technologie utilise des réseaux neuronaux et l’apprentissage automatique pour analyser les résultats des tests et déterminer si le patient est atteint d’un cancer et, le cas échéant, de quel type il est.

Enfin, Vis-Ability a été la dernière équipe à présenter sa technologie. Ils ont mis au point un appareil équipé d’une caméra et d’une carte de profondeur à fixer sur le bord d’une canne pour les personnes malvoyantes. La petite machine est synchronisée avec une application qui trie les obstacles devant la personne et lui dit ce qu’ils sont, et à quelle distance ils se trouvent.

“Était-ce la preuve que les adolescents peuvent créer des entreprises ?” a demandé M. Btaiche à l’auditoire. Compte tenu de la façon dont les trois équipes ont analysé les marchés, travaillé sur leur modèle d’affaires et espèrent lever des capitaux un jour, il semble bien que oui.

Il y a quelques semaines, YoungLeaders a été sélectionné pour faire partie de Je fais Mtl, un mouvement propulsé par la Ville de Montréal qui aide à faire vivre des projets d’envergure sociale, culturelle, économique ou environnementale “pour faire de Montréal une ville plus prospère, inclusive et durable “, selon le site Web.

L’esprit d’entreprise des YoungLeaders ne s’arrête pas là, puisque le groupe recrute maintenant cinq équipes à travers l’Amérique du Nord pour leur prochaine cohorte et recueille des fonds pour les aider à construire un espace de collaboration pour celles-ci.